Elephant

Elephant - Gus Van Sant

Synopsis :

 

Une heure dans un lycée de banlieue américaine. Les élèves vaquent à leurs occupations et préoccupations de leur âge, alors que l'abse,ce des adultes est notoire. Une poignée d'élèves nous entraîne d'un lieu à l'autre, longeant les couloirs du lycée, parcs et passerelles, du terrain de sport à la bibliothèque au laboratoire photo, secrétariat et cafétéria... Pendant que deux d'entre eux organisent une véritable tuerie dans le lycée.

 

elephant.jpg

 

Mon avis :

 

J'avais déjà vu ce film auparavant et il m'avait laissé un souvenir indélébile d'une oeuvre choquante, ultraréaliste et magistrale.

J'ai donc décidé de le revoir pour pouvoir en faire une critique à chaud et encore une fois le film m'a retourné, m'a choqué, j'ai rarement vu un film si dur, je regarde beaucoup de films se prétendant difficiles à regarder mais celui-ci, du fait qu'il est une sorte de représentation de la tuerie de Columbine, est encore plus touchant et destabilisant.

Nous assistons au quotidien de différents élèves, qui ont tous de plus ou moins gros problèmes : timidité, pudeur extrême, anorexie, souffre douleur, père alcoolique etc., tous ces adolescents en mal-être se croisent sans se parler dans ce dédales de couloir où tout le monde sait, mais personne ne veut voir, adultes y compris, et c'est bel et bien là le problème : nous voyons ces élèves déambuler, en proie à leurs problèmes mais aucun adulte n'est là pour les soutenir. Peut-être est-ce là le problème qui va amener les deux adolescents tueurs à exécuter leur sentence.

De plus, le film a été réalisé de façon artistique, majestueuse et magistrale. Absolument toutes les scènes ont un intérêt visuel, non pas pour l'histoire, mais pour leur beauté : les contrastes de lumière, de couleur, et d'ombre ont été savamment calculés pour rendre le film d'une beauté visuelle captivante. Sans parler des magnifiques plans séquences dont est quasiment entièrement composé le film. Ces plans-séquence nous donnent d'autant plus l'impression que les élèves sont seuls : la caméra passe d'un élève à un autre au fil de leur déambulation, mais aucun profeseur ne fait son apparition afin de parler à l'un des élèves.

Le film nous en met clairement plein la vue du début à la fin, et nous squivons calmement leur histoire en attendant non sans angoisse le carnage qui va survenir. Et lorsque nous voyons le massacre se mettre en place, notre sang se glace. A de nombreuses fois j'ai eu froid dans le dos en regardant certaines scènes, telle que celle où nous voyons les deux jeunes hommes responsables parler de leur futur massacre d'une façon si posée, si banale que l'on se demande s'ils ont vraiment conscience de ce qu'ils s'apprêtent à faire. Personnellement, je pense que non; ces deux élèves veulent se venger mais ne saisissent pas la portée de leurs actes, ils prennent en quelque sorte tout cela pour un jeu. Mais quel jeu...

Ce film est vraiment une pièce maîtresse du cinéma, multi-récompensée, et qui mérite d'être vue par tous. Peut-être serait-il judicieux de diffuser ce film dans les collèges et lycées, peut-être cela en ferait réfléchir certains...