Whatever Works

Whatever Works - Woody Allen

whatever-works.jpg

 

 

Synopsis :

 

Boris Yellnikoff est un génie de la physique qui a tout raté : son mariage, son prix Nobel et même son suicide. Désormais, ce brillant misanthrope vit seul, jusqu'au soir où une jeune fugueuse, Melody, se retrouve affamée et transie de froid devant sa porte. Boris lui accorde l'asile pour quelques nuits. Rapidement, Melody s'installe. Pour le meilleur et pour le pire...

 

Mon avis :

 

Un petit chef d'oeuvre, encore un. Une comédie qui dresse une satire globale de l'humanité et de tout ce qui en découle, notre société, nos moeurs, nos habitudes, qu'elles osient bonnes ou mauvaises... Moi qui suis un petit peu misanthrope sur les bords, je partage parfaitement les opinions de Boris, personne principal du film. En fait, c'est très simple : je pense adorer ce film car il dresse un portrait très simple et tel que je n'aurais jamais réussi à le faire de moi-même. Je suis une femme enfant comme Melody mais misanthrope comme Boris, toujours là, à penser histoire de ne pas parler toute seule (car moi, contrairement à lui, je n'ai aucun public), t à faire une critique de la société dans laquelle je vis, dans laquelle nous vivons tous, et que nous supportons tous en faisant semblant de ne pas voir toutes les choses illogiques et irrationnelles qui nous entourent.

Avant tout, ce film parle d'un sentiment universel, qui nous régit tous, même les plus misanthropes et égoïstes d'entre nous : l'amour. Ce film en fzit un très beau portrait, très juste, et montre enfin son véritable visage, en sentiment illogique, changeant et qu'il ne faut pas chercher à comprendre, car il nous tombe dessus sans que l'on s'y attende et parfois il nous relie à quelqu'un qui n'a pas le moindre point commun avec nous. Dans le film, Boris quitte sa femme avec qui il partage toutes ses passions, et finit par vivre et cohabiter avec une fille simple d'esprit, ne voyant pas l'ironie se dégageant de chaque propos du héros. Il explique aussi qu'il y avait une chance sur une infinité pour qu'elle, venant du Mississippi, rencontre un homme comme lui, venant d'un autre endroit. L'amour se base sur des propabilités infinies, et surtout sur une chance hors du commun, comme il l'est décrit tout au long du film.

De plus, les dialogues sont croustillants, étonnants de sincérité et de réalisme, et mention spéciale aux répliques de Boris qui ont toujours originales et surtout efficaces, les dialogues s'enchaînent et sont d'une fluidité déconcertantes, et pourtant jamais je n'oserais imaginer entendre un dialogue tel que ceux là dans la rue ! Là est tout le talent du film.

Etant une grande amatrice d'Evan Rachel Wood (Melody), j'attendais de voir sa prestation et la voir dans ce personnage de jeune fille fraîche, drôle et parfois un peu agacante mais toujours joyeuse et pleine de vie m'a fait du bien, je l'ai trouvé très bien, même si pour le coup ma préférence va pour Larry David, excellent acteur, aux mimiques toujours hillarantes et aux réactions toujours franches et bien trouvées. Le personnage, grâce à lui, est encore mieux incarné, encore plus proche de nous et encore plus amusant à regarder, malgré ses multiples déboires.

J'ai vraiment tout apprécié dans ce film, tout y est parfait, des dialogues aux personnages en passant par leurs façons d'être et leurs parcours de plus en plus atypiques au fil du film, tout mérite le détour et je vous le conseille fortement. Ce film nous montre que l'amour n'est que le fruit du hasard, change et peut se décliner de façons multiples et variées, du couplede plus normal et quelconque aux relations les plus originales. Après tout, comme Boris le dit si bien, "Le tout, c'est que ça marche !".

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×